SANTÉ DE L'OCÉAN
Les océans du monde nous donnent la vie et nous soutiennent - explorez ces pages!
   
An awesome transformation
 
Cette patiente a changé son terrain intérieur d'une façon un peu drastique et très visible.
Regardez plusieurs cas intéressant dans nos pages.
Dès les débuts de l’humanité, l’océan a joué un grand rôle dans de nombreuses cultures et a eu une influence énorme sur l’homme, reflétée dans les mythes et les légendes autour du monde.
Les marins qui parcouraient ces vastes et dangereuses étendues d’eau pour faire l’exploration ou le commerce étaient considérés comme des héros et des pionniers, toujours poussés à parcourir des pays inconnus et à découvrir de nouvelles richesses.
 
Mais en plus d’assurer leur transport, la mer s’est révélée une source de vie et une ressource indispensable pour la santé des humains. Elle est à l’origine de toute vie sur terre. Elle a constitué un garde manger inépuisable pour tous les peuples.
 
   
L'océan - un lieu de mystère
 
Pendant longtemps, l’océan est demeurée une énigme imprégnée de mystères et de dangers. Il a servi longtemps de barrière infranchissable qui gardait isolés les continents, avant que les humains  ne s’aventurent à la parcourir.
 
Toutes sortes d’animaux mythiques, de dieux et de sirènes habitaient en son sein, donnant naissance à de nombreux mythes et légendes à toutes les époques de l’histoire, et qui continuent d’habiter notre imaginaire. Il suffit de mentionner Neptune, le dieu grec des mers; l’Atlantide, ce continent mystérieux disparu; les récits de sauvetages par les dauphins, le monstre du Loch Ness, le chant ensorceleur des sirènes dans le périple d’Ulysse; le triangle des Bermudes et bien d’autres encore qui démontrent la puissance et le mystère que les humains ont attribué à la mer. . Et encore de nos jours, la mer, dans ses profondeurs, demeure un continent à peine exploré. 
 
De nombreux récits, films, romans et tableaux s’en sont abondamment inspiré. On l’imagine bienfaisante ou dangereuse, calme ou déchaînée, nourrissante ou dévorante, alimentant nos rires ou nos pleurs. En d’autres mots, elle fait partie de nos vies.  
 
   
L'eau de mer - une grande découverte thérapeutique
 
"L'eau n'est pas la source de la vie, elle est la vie" -
Antoine de Saint-Exupéry
 
Cette phrase de St-Exupéry exprime  une vérité profonde : la mer est vivante, elle est porteuse de la vie tout autant que de son origine. Elle est le lieu d’où nous avons émergé. La colonisation des mers a été très antérieure à celle des terres. Et dans nos veines coule l’eau de mer.
 
En effet, il y a une profonde similitude entre le plasma sanguin et le plasma marin. C’est cette découverte que nous devons à des pionniers visionnaires de la fin du 19e siècle, début 20e : René Quinton et Jean Jarricot, qui ont exploré en profondeur les vertus thérapeutiques de l’eau de mer. Ils ont démontré que l’eau de mer est une substance vivante, assimilable, nutritive, curative et reconstituante de la vie humaine.
 
Ce sont ces propriétés de l’eau de mer que nous voudrions présenter dans ce site en nous inspirant des recherches de René Quinton.
 
Dans son livre intitulé « L’eau de mer : milieu organique », il dit dans le dernier chapitre (pp. 459-461) :
 
« … il est clair que le concept de médium organique marin … ne peut qu’ inviter,  du moins dans un premier temps, à certaines applications thérapeutiques. Nous avons aujourd’hui de ce véritable aquarium marin une conception qui nous faisait défaut naguère. Un organisme est constitué de cellules vivantes intimement liées à un liquide que nous avons nommé leur milieu vital, et ce liquide est un liquide marin. Imaginons un tube de culture et, dans ce tube, de l’eau de mer. Dans ce bouillon de culture se développent des cellules organiques : nous sommes en présence d’un organisme. Toutes les fois où ce bouillon de culture est dénaturé d’une manière ou d’une autre, il en résulte un empoisonnement chimique ou microbien, une insuffisance des capacités d’élimination et un défaut de certains apports alimentaires, etc.
Tel est le rôle thérapeutique considérable joué par l’eau de mer et par les praticiens informés qui l’utilisent »
 
1.)   « Nous connaissons les effets puissants des eaux de Salies-de-Béarn, de Salins-Moutier, de Balaruc, de Bourbonne, de Bourbon-l’Archambeault, de Nauheim, de Soden, de Creuznach, de Niederbronn, de Weisbaden, etc. utilisées dans le traitement de la tuberculose des os et de la peau, du rachitisme, de la paralysie, de l’arthrite, etc. »
 
2.)   « L’importance thérapeutique du chlorure de sodium est bien connue. Il a été utilisé avec succès dans le traitement de la tuberculose pulmonaire par Amédée Latour (1830-1857), du diabète par Martin Solon (1842) et et Bouchardat (1851), de la toxémie, de la déficience en fer et de l’anémie par Plouvier (1847), contre les fièvres récurrentes par Piorry (1850), Gintrac (1851), Brugs (1851), Larière (1851), Villemin (1854), Hutchinson (1854), Moroschkin (1856), Piogh (1870). Le chlorure de sodium était, et est encore largement utilisé dans tous les centres médicaux modernes pour les injections intra-veineuses et sous-cutanées pour une variété de maux. En effet, le chlorure de sodium est le sel de base de l’eau de mer. Même le sel de table, omniprésent partout, se distingue du chlorure de sodium : l’analyse révèle qu’il est constitué d’un ensemble de sels d’origine marine ayant résistés à la purification industrielle. Les traitements à base chlorure de Sodium, sans être le traitement à l’eau de mer véritable, s’en approche singulièrement. »
 
3.)  « Enfin, les résultats obtenus dans diverses maladies, spécialement dans la tuberculose osseuse et cutanée, par les bains de mer et les séjours au bord de la mer sont si évidents et si spécifiques que, au fil des ans, on a construit à grand frais des Sanatoria sur les côtes de France, d’Angleterre, aussi bien qu’Outremer. Les guérisons qui y sont quotidiennement observées sont devenues trop courantes pour mériter une mention spéciale. Nous avons donc affaire à un véritable traitement chimique marin. L’air que nous respirons sur les plages contient du chlorure de sodium et de fines gouttelettes d’eau de mer sont soulevées des vagues par le vent et, par conséquent, notre organisme s’en imprègne. La nourriture, également, apporte sa contribution; les animaux et la végétation des côtes contiennent en effet une plus grande quantité de sels marins que ceux qui vivent à l’intérieur des terres. L’absorption par nos organismes de ces différents sels de mer devient évidente. Des facteurs d’ordre physique interviennent sans doute dans tout traitement; mais le facteur marin, purement chimique, joue un rôle capital et indéniable.
 
Le rôle joué par l’eau de mer et de ses dérivés apparaît donc clairement dans les thérapies les plus modernes. Préconiser un traitement marin plus énergique ou efficace pourrait s’avérer une entreprise inutile. Seule une meilleure compréhension du principe actif reste nécessaire. »
 
Ce site peut vous permettre de plonger dans l'exploration des propriétés mystérieuses et largement méconnues de l'eau de mer vivante. Vous trouverez son étude enrichissante et éclairante.
 

 Retour